Rester ou partir ? Dois-je le/la quitter ?


En tant que thérapeute de couples, la question : Dois-je partir ? dois-je le ou la quitter est une question qui se pose régulièrement lors des rendez-vous et au risque de vous décevoir : je n’ai pas la réponse car vous êtes, tout comme votre couple : unique.

Les séances permettent toutefois de faire un bilan, de guider mais personne ne vous dira ce que vous devez faire ou ne pas faire : vous seul détenez les clefs.


Il est important toutefois de noter qu'il faut dédramatiser les crises et conflits. Les moments de crises et de différends sont normaux dans la vie à deux et je dirais même qu’ils peuvent être salutaires car ils nous permettent d’évoluer individuellement, de mieux se comprendre, de grandir.




Vous n’avez pas le même caractère, pas la même éducation, pas la même histoire, pas la même sensibilité alors très clairement, vous ne pouvez pas avoir la même vision et la même approche sur tout et c’est tant mieux, car il serait tellement ennuyeux de vivre avec son clone...les échanges seraient peut-être plus paisibles mais sans aucune saveur à long terme et ne permettant aucune évolution intellectuelle, c’est en confrontant des avis différents des nôtres, que nous évoluons et que nous apprenons à penser autrement.


Alors, arrêtez de vous dire que la crise n’est pas normale, qu’elle signe la fin de votre histoire et qu’il est préférable de faire ses valises sur le champ, arrêtez aussi de surinvestir le couple. Un couple est comme tout individu : imparfait, en mouvement, en évolution, en changement : juste vivant.


Pour autant, quand la crise dure et perdure la question de la séparation n’est jamais bien loin dans les esprits et elle se pose légitimement en consultation.


Voici quelques réflexions et questions




Tout d’abord : identifier si la crise résulte d’un évènement particulier (infidélité, maladie, changement de vie, déménagement…).

Combien de couple ont rencontré des difficultés notamment à l’arrivée d’un enfant. La naissance est un tel chamboulement qu’il faut que chacun reprenne ses repères et seul le temps et la communication peuvent permettre de retrouver un nouvel équilibre.

Si la crise est liée à un problème particulier, il faut peut-être avant toute chose trouver une solution au problème rencontré, comprendre le pourquoi des difficultés et éviter d’en conclure que la relation tout entière est « le problème ».


Il est aussi important de se poser une autre question, parfois dérangeante : Est-ce mon couple qui va mal ou est-ce moi ? Il n’est pas rare en effet, de rencontrer des couples ou l’un des partenaires est en proie à des problématiques plus profondes (addiction, manque de confiance en soi, dépression, mal être, jalousie excessive…).

Le conjoint en difficultés cherche parfois une réponse à son mal-être dans son couple. Il est souvent plus facile d’accuser et de trouver un responsable dans un élément extérieur que d’admettre que nous avons un travail sur nous à entamer. Mais à long terme, si on ne se prend pas en main, si on refuse de voir que le couple n’est pas le problème, on risque fort de multiplier les échecs amoureux et la séparation n’aura servi à rien.


Mais attention, ne prenez jamais de décision radicale pendant la période de crise. Vous êtes tellement submergés émotionnellement que vous n’avez pas réellement l’esprit clair pour prendre la bonne décision et vous risqueriez de le regretter plus tard…


Quand faut-il envisager la séparation ?


Voici 10 réflexions à avoir qui peuvent vous aiguiller et vous aider à faire un bilan :




  1. Ai-je connu avec mon/ma partenaire de vrais moments heureux, de joie ou je me sentais épanoui (et pas seulement durant 3 mois !).

  2. Mon couple traverse-t-il plus de bas que de hauts ? Les périodes de bas durent-elles plus longtemps et sont-elles plus régulières ?

  3. Ai-je des projets avec lui/elle, même anodins (vacances, famille, maison…) ? Et ai-je envie de faire des projets ?

  4. Ai-je encore du désir pour l’autre. Quand, on parle de désir, il s’agit du désir sexuel mais également du désir de le toucher, le câliner ou l’envie de passer du temps avec lui. Si je fuis tous les moments à deux, il faut peut-être se demander pourquoi.

  5. Suis-je capable de me projeter dans l’avenir avec mon/ma partenaire ? Dans 2 ans ? dans 5 ans ?

  6. Ai-je l’impression de ne jamais être moi-même quand je suis avec lui/elle. Ai-je l’impression que mon conjoint me contrôle, dans mes actes, mes paroles, mes pensées ?

  7. Existe-t-il un manque de respect dans la relation ? Votre conjoint vous rabaisse-t-il souvent, vous met pas ou peu en valeur ?

  8. Est-ce que je veux changer mon/ma partenaire ? Car inutile de se le cacher : vous ne pouvez pas changer l’autre, si vous passez votre temps à vouloir le changer et à vous dire : « Quand il sera comme ci ou comme ça, la relation sera bien », c’est que vous idéalisez une relation future...mais pas celle-là.

  9. Est-ce que « mes peurs » m’empêchent de partir : peur de lui faire de la peine, peur de me retrouver seul/seule, peur de ne pas retrouver un/une partenaire, peur de ne pas m’en sortir financièrement…lister vos peurs et voyez ce qui vous enchaine.

  10. La violence fait-elle partie de mon quotidien ? La violence, qu’elle soit physique ou morale ne fait pas partie du couple, alors...fuyez et ne vous cherchez pas d’excuses pour rester mais ne trouvez pas non plus d’excuses à sa violence. Quand on aime sincèrement, on peut parfois faire de la peine, blesser en mots ou par une attitude sans le vouloir, mais la violence indique que l’autre fait mal volontairement et consciemment et un couple ne peut s’épanouir ainsi. Aucun être ne peut se réaliser pleinement dans la violence, quelle qu'elle soit.

Faites ce bilan en toute honnêteté, lister les points positifs de votre couple et les points qui vous ennuient, sans craindre vos réponses, cela peut être un premier pas pour vous aider à y voir plus clair et faites vous aider par un professionnel si besoin.


N’oubliez pas cependant que comme le dit le dicton : « L’herbe est toujours plus verte ailleurs » alors sachez arroser votre jardin régulièrement pour lui permettre de rester bien vert, de grandir et de s’épanouir et n'oubliez pas d'enlever régulièrement les mauvaises herbes, il y en a toujours, c'est la vie, c'est ainsi et c'est peut-être cela tout l'intérêt.




342 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout