L'amour dure 3 ans ! et après ? on fait quoi…?

Dernière mise à jour : 29 janv. 2019



Rendue célèbre par le film de Frédéric Beigbeder : "L'amour dure 3 trois ans", ce titre a de quoi nous laisser songeur, nous indigner et même nous démoraliser : à quoi bon y croire puisque l'amour ne durera que 3 ans !


Décryptons plus concrètement ce qui se cache derrière cette croyance.


Quand vous « le » ou « la » rencontrez, quand vous croisez son regard, la terre pourrait s’arrêter de tourner, votre mère pourrait se teindre les cheveux en vert, et votre sœur se mettre au sport que vous ne vous en apercevriez même pas. Vous n’êtes plus tout à fait vous-même. C’est un peu comme si vous marchiez à coté de vos chaussures, tout en les regardant avancer ou encore comme si vous aviez disposé sur le bout de votre nez des lunettes transformant votre vision du monde. Les couleurs et les contours y sont plus belles, plus adoucies, plus lumineuses. Vous survolez comme dans du coton votre nouvel environnement, ce nouveau champ des possibles.



Les plus romantiques diront que l’amour est un mystère tandis que les pragmatiques leur rétorqueront : « c’est la faute aux hormones » !!


Version bien moins jolie à raconter le soir à nos enfants à l’heure du coucher, comment expliquer que Cendrillon soit tombée éperdument amoureuse de son prince pour une banale histoire d’hormones !





Alors ? qui dit vrai ?


L’attirance que l’on éprouve pour l’autre, va chambouler notre cerveau et cela est une évidence au vu du comportement des amoureux, parfois hors de tout contrôle. Le centre de nos émotions va être saturés par ce que l’on nomme de manière barbare : la phéniléthylamine. La pheniléthylamine désigne un neuromédiateur qui envoie un courant électrique d’un neurone à une autre. Quand vous êtes amoureux, votre cerveau se joue gentiment de vous et vous transporte dans une sensation d’allégresse, d’euphorie, totalement submergé par la production de cette petite molécule.


Qui n’a jamais vécu les premiers mois d’une nouvelle relation ou l’on peut ne dormir que trois heures par nuit et arriver fringant au bureau, en affichant une mine rayonnante et pétillante alors même qu’auparavant, une courte nuit nous faisait plus ressemblait à SHREK au réveil ? Qui n’a jamais eu cette impression à cet instant que rien ne pouvait l’arrêter, que tout était réalisable ? L’impact de ce neurotransmetteur est tellement fort que l’on en oublie même de manger, de boire ou de se reposer.




Soyons honnêtes : cette phase est magique mais elle ne dure pas. Restons toutefois optimistes : c’est bien mieux ainsi !


Même s’il est vrai que cette période est excitante, pleine de promesses heureuses, qu’elle vous fait vous sentir plus vivant que jamais, votre cerveau ne pourrait pas vivre continuellement à ce rythme. Imaginez une voiture roulant en surrégime, elle irait vite, vous offrirait de superbes sensations, mais son moteur finirait par chauffer tout comme votre cerveau finirait par sombrer.




Alors, disons que la nature est bien faite : votre cerveau va réduire la production de cette molécule de l’amour, dans les 18 mois à 3 ans qui suivent la rencontre. (Voilà, pourquoi, l’amour ne dure que 3 ans !), mais, comme votre cerveau a encore plein d’autres ressources, et qu’il s’adapte parfaitement ; il va produire dans les mois suivants, des endorphines qui calment l’esprit, apaisent et augmentent un autre sentiment : le sentiment d’attachement.


Quand les deux partenaires arrivent à ce niveau d’attachement, c’est à ce moment-là, que leur relation plus sincère et profonde commence. L’amour passion ne dure pas au-delà d’un certain temps, mais c’est quand il s’amenuise que l’attachement profond se tisse et que nait le véritable lien d’amour...avec toutes ses promesses.

Réduire, le sentiment amoureux à une réaction hormonale serait faux et triste, pour autant, on ne peut nier l’impact des hormones sur cette passion dévorante des premiers instants.


Alors oui, c’est un fait : les hormones nous envahissent au début de notre idylle mais elles ne peuvent pas à elles seules expliquer pourquoi ce petit brun au regard fripon nous a attiré alors même que ce grand blond à la plastique de rêve n’a suscité en nous aucun émoi.


Avant la mise en branle de nos chères petites hormones, comment expliquer notre attirance pour l’un plus que pour l’autre ? Pour la brunette plutôt que la blondinette ? Pour le surfeur plus que pour le médecin ? Pour le petit plus que pour le grand ? Pour ma voisine toute timide plutôt que par ma collègue de travail exubérante ? et ça, c’est une autre histoire...à suivre…


En attendant, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et à m’envoyer des idées de thèmes que vous souhaiteriez aborder dans les prochains posts.


On se retrouve très vite pour échanger sur :

  • Comment savoir si mon couple est en danger ?

  • Quel est votre langage de l’amour ?

  • Qui se ressemble s’assemble...vraiment ?





39 vues0 commentaire