L’attirance pour l’autre : est-ce magique ? chimique ? ou notre inconscient se joue-t-il de nous ?

Dernière mise à jour : 7 nov. 2018


Il me plait, elle me plait, il m’attire…c’est ainsi, cela semble si simple et pourtant…l’attirance d’un individu pour un autre est plus complexe qu’il n’y parait.

Au début de l’histoire, on se rencontre, on s’attire, on se plait, on est curieux de découvrir un nouveau contact charnel. Notre corps telle une petite entreprise va produire une multitude d’hormones : phéromones, adrénaline, ocytocine qui vont insuffler le désir grandissant pour l’autre. On ne sait pas expliquer cette attirance et de manière poétique, on se dit qu’on était fait pour être ensemble. On se ressemble ; on se comprend, notre histoire est une évidence.


Mais la rencontre est-elle vraiment le fruit du hasard ?

Lorsque l'on rencontre un homme ou une femme qui nous attire, l'inconscient va jouer un rôle prédominant dans la création de ce nouveau couple, et beaucoup plus que nous l’imaginions, mettant à mal la théorie du hasard.




En effet, nous avons tous de manière naturelle, une attirance pour ce qu'on est soi-même, ce qu'on a été ou ce qu'on aimerait être.





Nous sommes attirés par ce qu’on est soi-même



Selon le principe de similarité, on sera attiré généralement vers quelqu’un qui nous ressemble et qui est issu de notre milieu. On se reconnait plus facilement dans les personnes ayant les mêmes convictions, les mêmes valeurs, le même sens de l’humour.


Tout cela est bien sûr inconscient mais fait souvent dire au amoureux : « on se comprend tellement, on est pareil ». Et finalement, c'est assez logique car d’une certaine manière, quand on parle la même langue, on se comprend mieux.


Ceci peut expliquer pourquoi cette femme remplissant tous les critères de beauté admis par la société, ne nous attirera pas, car trop éloignée de nos valeurs ou de notre niveau social alors qu'il nous sera difficile de ne pas résister aux charmes de notre gentille voisine de pallier que l'on croise régulièrement au club de danse.

Ces critères et préférences sont le résultat de notre environnement familial, de notre enfance et nous permet de nous constituer un modèle inconscient de ce que doit être un couple ou un partenaire. Ce modèle va influencer notre choix amoureux.


Nous sommes attirés par ce qu’on a été et qui fait écho en nous : le passé, facteur essentiel

Le passé joue un rôle déterminant dans le choix du partenaire amoureux. Selon notre histoire, notre vécu et les problématiques liées à ce passé : enfance difficile, deuil, violences familiale…, on choisira un partenaire qui nous donnera l’impression de pouvoir guérir de ce passé. Nous recherchons chez l'autre un modèle que nous connaissons pour nous rassurer mais nous recherchons dans le même temps aussi, tout ce qui a pu nous manquer, afin que l'autre nous apporte ce qui nous a fait défaut


Ainsi Face à un père autoritaire, une femme aura tendance inconsciemment à choisir pour partenaire un homme sans autorité, lui donnant l’impression qu’il va la guérir de son passé ou par opposition, elle aura tendance à porter son choix sur des hommes très autoritaires, espérant ainsi pouvoir rejouer le passé en obtenant une fin différente et panser ses blessures passées. Dans un cas comme dans l'autre, le but inconscient reste le même : guérir de son histoire.


Nous sommes attirés par ce que l’on aimerait être ou vivre : quand l’inconscient imaginaire entre en jeu.

Nous sommes tous bercés par notre imaginaire à chaque instant de notre vie et la rencontre n’en est pas exclue. La société, dès notre plus jeune âge, avec notamment les contes de princes et de princesse et plus tard avec les couples glamours et célèbres de la sphère médiatique, nous forge une image du couple et du partenaire idéal.



Un partenaire nous attirera plus s’il correspond à certains critères de cet imaginaire tant dans sa façon d'être que dans sa façon de faire. Très concrètement, si une femme imagine le lendemain de sa rencontre avec un homme, elle pourrait l’imaginer lui apportant un bouquet de fleur ou lui préparant un diner aux chandelles. Si dans la réalité, le lendemain de leur rencontre, il reste vautré dans son canapé en lui demandant de faire à manger, elle risque fort de ne pas vouloir poursuivre l’histoire et ce, même si la soirée de la veille a été fabuleuse.


La rencontre n'est donc pas uniquement le fruit du hasard, elle se nourrit de notre histoire, de nos manques, de nos critères environnementaux, de notre imaginaire et également de la mémoire de nos 5 sens.


Nous avons développé nos sens : l'odorat, le goût, l'ouïe, le toucher et la vue dès notre naissance et même avant d'ailleurs. Il existe une mémoire inconsciente des sens expliquant pourquoi un homme sera totalement séduit par la vue et le toucher de cheveux longs soyeux, et qu'une femme sera sensible aux fragrances délicates d'un parfum d'homme, référence à un joli souvenir olfactif du passé. Ce sont ces alchimies inconscientes qui expliquent aussi l'attirance et qui rendent la rencontre un peu plus poétique….



N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires, des thèmes que vous aimeriez traiter et on se retrouve prochainement pour aborder les thèmes suivants :


  • Le coup de foudre ? bonne ou mauvaise idée ?

  • Quel est votre langage de l’amour ?

  • Qui se ressemble s’assemble...vraiment ?

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout